Eric Baret rejoint le projet.

 

 

Eric Baret a exploré pendant une vingtaine d’années la tradition non-dualiste du shivaisme cachemirien auprès de Jean Klein.

Auteur de nombreux livres dont  ‘Le Seul Désir’ et ‘Yoga, corps de vibration, corps de silence’, il partage également son exploration dans des recueils d’entretiens et des rencontres informelles; il propose de se donner à l’écoute simplement, sans but ni profit.

La profondeur de ses écrits parle d’eux-mêmes et relègue au second rang toute nécessité de biographie et présentation plus aboutie.

Avoir Eric dans le projet, c’est s’autoriser une médecine de la sensation, une médecine de l’accueil, une médecine de l’amour et de la louange à ce qui est; une invitation à renouer avec la Vie.

“Quittez toute voie spirituelle. Restez chez vous. Jetez vos tofus et votre prétention à la paix par l’alimentation, le yoga ou le taî-chi-chuan. Regardez. Ressentez. Regardez combien vous vous enfuyez de la réalité quotidienne. Pas de recette, d’exercice, d’attitude à observer. Etre lucide. Sentez la peine, la tristesse, la peur. C’est Dieu en activité. C’est votre chance.

Quand vous ne prétendez plus que les choses devraient être autrement, mais que vous vous donnez à ce qui est dans l’instant, tout est possible.”

 

“Ce qui empêche de vivre, ce n’est pas l’événement qui s’est passé quand on avait huit ans, c’est les cinquante ans d’imaginaire, de critique, de refus, de jugement, de culpabilité.”

 

“C’est uniquement quand on est ouvert aux émotions fondamentales que la pensée peut être porteuse d’émotion, de Lumière et de Beauté.

Un homme sensé, c’est quelqu’un qui vit en harmonie avec ses émotions : il connaît ses peurs, ses anxiétés, ses jalousies, ses culpabilités, et il est complètement en accord avec elles. Quand quelqu’un s’ouvre à ses émotions, celles-ci quittent leurs prolongations pathologiques, elles deviennent poétiques. Au lieu d’avoir peur de sa peur, on écrira sur la peur, on peindra sur la peur, on fera de la musique sur la peur. Comme on le dit en Orient, la compréhension c’est d’être compréhension ; rien n’est compris, personne ne comprend. Être compréhension n’est pas lié à la pensée, c’est une émotion fondamentale.

Tout ce qu’il y a de très profond dans la vie naît d’une émotion.”

 

Le sacre du dragon vert : Pour la joie de ne rien être

 

“Le corps doit être écouté, aimé. Aimer veut dire ne rien savoir, ne rien vouloir. Vous êtes nu de toute compréhension, de toute intention, et vous laisser le corps parler. Pour que le corps parle, il faut le silence. Tant que vous savez quelque chose, le corps se tait. Revenez à ce silence de volonté, de savoir. Dans ce silence, à sa manière, non à la vôtre, le corps vous parlera. Vous laisserez le concept corps et une chaleur, une fraîcheur, une vibration, une tactilité éclot.”

 

Yoga : Corps de vibration, corps de silence selon le shivaïsme tantrique cachemirien

Retrouver Eric sur
Site web
Partager c'est prendre soin

0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *