Femme et maman d’un enfant “autiste” : Florence Henry et Corinne Hamel rejoignent le projet.

Je vous invite à découvrir deux femmes incroyables qui me font l’honneur de rejoindre le projet, deux mères qui cherchent moins à combattre l’autisme qu’à aimer leur enfant, et doucement, montrer comment deux mondes peuvent communiquer par le seul lien de l’amour, la patience, la tolérance, la douceur, la persévérance.

Deux parcours comme preuves vivantes qu’un mot, un diagnostic, une étiquette, n’est qu’une prison qui exclut l’être de la société, et l’être de son essence véritable.

Tout comme les « toujours » et les « jamais », mots absolus souvent prononcés par les instances médicales ou ceux qui se prétendent avoir autorité sur la santé et au passage le destin d’autrui.

Qu’est-ce que santé et maladie ? Normalité et anormalité ?

Il est grand temps de redéfinir cela.

Le Dr. Ferdinand Wulliemier, Auteur, Médecin-psychiatre et psychothérapeute, va jusqu’à parler d’une maladie de la « normose » : vivre en conformité avec des habitudes, des critères de vie, des modes. Pouvons-nous être malades d’être « normaux » ?

Nous reviendrons sur l’importance de l’individuation et l’individualisation dans le livre et le documentaire.

En lien avec ce sujet, je vous invite à découvrir Josef Schovanec, et apprécier son discours plein d’humour et éloquent au TedxBratislava sur « La dure vie des non-autistes »:

 

 

“Je me méfie des théories qui voudraient réduire l’être humain à un mécanisme d’horlogerie. Je crois que l’être humain est beaucoup plus composite, en mouvement. Ne l’enfermons pas, ne nous enfermons pas dans une case. Il nous en manquerait une.”

(Josef Schovanec, est un philosophe, écrivain français et voyageur autiste, militant pour la dignité des personnes autistes. Après une scolarité difficile, il obtient une maîtrise à Sciences Po Paris, puis un doctorat en philosophie et sciences sociales à l’EHESS. Il est hyperpolyglotte, puisqu’il parle plus de sept langues dont le persan, l’hébreu et l’amharique. Connu pour sa voix particulière, son sens de l’humour, sa politesse, sa franchise et sa logique, il témoigne souvent, lors de ces rencontres, sur ce qu’il vit et observe en tant que « personne avec autisme ».)

 

FLORENCE HENRY

Auteure de « L’Enfermement », Editions XO.

Mère et guerrière qui veut croire à l’ouverture à la vie de sa fille grâce à son amour, sa détermination et son espoir. Pour elle, bienveillance et confiance sont les moteurs de toute “guérison”.

“Longtemps, Océane fut cette enfant recroquevillée sur elle-même, qui ne regardait personne et semblait compter les étoiles.
Dès la maternelle, médecins et instituteurs sont formels : l’enfant est autiste, aucun espoir d’amélioration n’est à attendre. Révoltée, Florence déscolarise Océane et met toute sa vie entre parenthèses pour se consacrer à sa fille.
Dix heures par jour, elle improvise des jeux, des consignes, des mises en scène. L’apprentissage devient acharnement. Mais bientôt, le miracle se produit : pour la première fois, Océane se met à rire. Elle renaît au monde…
Pendant six ans, Florence va mener cette guerre totale et solitaire. Malgré les obstacles, les jugements, elle ne lâche rien, bouleversée par les progrès spectaculaires de sa fille.
En septembre 2013, Océane réintègre enfin l’école. Elle a douze ans. Brillante élève, elle prépare aujourd’hui son bac S et rêve de devenir astronome.”

 

 

CORINNE HAMEL

Maman d’un enfant « autiste », membre active de l’association Optim’Autisme présidée par  Alexandra Oakley.

“Optim’Autisme a notamment pour vocation de rendre accessible en France le Son-Rise Program, un programme mis sur pied par un couple de parents américains dans les années 1970 pour faire progresser leur fils Raun, et qui a donné des résultats spectaculaires sur beaucoup d’autres enfants dans le monde. Une méthode basée sur l’acceptation des comportements de l’enfant plutôt que sur la contrainte. Autrement dit, les parents suivent leur enfant dans son univers au lieu d’aller contre lui.”

L’association s’emploie à mettre en place et rendre accessible ce programme en France à travers stages, formations et rencontres, donner accès aux méthodes innovantes pour aider les familles d’enfants autistes, les personnes autistes et les professionnels concernés par l’autisme.

Optim’Autisme est en partenariat avec la Délégation Permanente du Royaume de l’Arabie Saoudite auprès de l’UNESCO.

« Ils ont dit : Il est autiste. Nous pourrions peut-être lui apprendre à faire des choses basiques et de l’ordre de la survie.
Nous avons dit : Nous voulons lui montrer un amour qu’il puisse comprendre. »
-Barry Neil Kaufman & Samahria Lyte Kaufman

Corinne nous parlera de son parcours et des enseignements mutuels qu’elle et son fils s’apprennent chaque jour.

-Emmanuelle Soni-Dessaigne

Partager c'est prendre soin

0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *